Son Studio Radicart à Mont-Carmel est d’une grande renommée

5 Décembre 2022
Par Réjean Martin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Francis Perron, a du son et de la musique

Natif de Saint-Adelphe puis résident de Saint-Tite, Francis Perron est établi maintenant à Mont-Carmel depuis plus de 10 ans.

Depuis toujours, ce musicien, technicien de son lors de nombreux spectacles, et réalisateur a produit des enregistrements pour une foule de groupes, mais c’est à Mont-Carmel que sa vocation s’est davantage précisée, investissant année après année des sommes importantes pour parvenir à établir de façon permanente son Studio Radicart jouissant maintenant d’une renommée indéniable. 

C’est au bout de la rue Godin, laquelle est perpendiculaire au rang Saint Saint-Flavien Est que se trouve ce lieu de rendez-vous qui voit continuellement les groupes (principalement) aller y enregistrer leur bande musicale, leur CD, souvent pendant plusieurs jours sous les soins attentifs de cet homme de 45 ans ; un être imprégné par son métier, dédié à la créativité qui confie au Bulletin n’être jamais lassé des défis qui se posent à lui. Là-dedans, « j’ai mis ma vie », confie-t-il.

La musique ? Francis Perron nous raconte que déjà, étant enfant à Saint-Adelphe, on pouvait l’entendre jouer de l’orgue, du piano, puis ensuite plus tard, longtemps à Saint-Tite, jouer de la guitare et tant d’autres instruments, étant devenu multi-instrumentiste par le fait même.

Membre du groupe Bears of Legend (aux percussions), Francis Perron nous explique être dédié au « prog » (pour progressif) et porter ce nom « Radicart » depuis toujours. Si bien qu’il a contribué ardemment par exemple au groupe de thrash metal Vovoid.

Pendant la pandémie à partir de son studio de Mont-Carmel, Vovoid a même donné un spectacle « live » que Francis Perron a eu le plaisir de produire. Ça a été une expérience incroyablement stressante, nous dit-il, mais absolument extraordinaire. Des milliers de personnes syntonisaient en direct ce spectacle chacune à partir de chez elles. Quand ça a été fini et qu’on a fait le silence un moment, Francis Perron nous confie n’avoir jamais peut-être vécu un moment d’exaltation pareil, de réussite accomplie dans sa vie.

En tant que tel

Qu’est-ce que le Studio Radicart en tant que tel ? Eh bien, c’est une partie studio à l’acoustique assurée qu’un spécialiste réputé est venu dessiner à prix fort. Un studio où tous les angles des boiseries sont là pour garantir une réverbération des plus adéquates, un équilibre. De même Radicart, c’est une console sertie d’une infinité de boutons et de curseurs pour atteindre des mixages d’enfer. Si l’on va sur le site radicart.net à l’onglet « équipement », on aura le portait d’une nomenclature à s’y perdre.

Francis Perron est bien au fait de la renommée de son studio dans le paysage québécois, de la place enviable qu’il occupe entre les gros et les petits. Il est fier de n’être pas, dit-il, établi dans une bâtisse industrielle anonyme, fier d’avoir aménagé dans le sous-sol d’un appartement de deux chambres absolument confortable, voire luxueux, pour les musiciens des groupes (même venus d’Europe) avec qui il entend toujours réaliser non pas un morceau de musique, mais un projet comportant plusieurs pièces, un concept, un échange créatif entre lui et le groupe, une intention, une originalité, une signature, une création singulière, une authenticité, une sorte d’aventure musicale en tant que telle, des conditions qui exigent un séjour pouvant nécessiter parfois jusqu’à 12 jours avec bien sûr des pauses, des marches dans la nature, des virées en ville, etc.

Saluons chaudement ce gars qui n’a pas fini de servir ses convictions, cette passion qui rayonne.

PHOTO : Francis Perron croqué ici à la console de son studio.

À LIRE DANS LA CATÉGORIE

Culture

L’artiste de chez nous, Zabel, a maintenant un nouveau phare qui brille dans le monde. C’est le Japon que ses œuvres ont séduit cette fois. C’est un contact rencontré à New York en 2017 q...

À LIRE AUSSI DANS
CE TERRITOIRE :