Le festival Nöktanbul, un symbole de persévérance, de créativité et d’esprit communautaire

5 Décembre 2022
Par Jeremie Perron
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Dans les locaux des services des loisirs de Batiscan, Anne-Renaud Deschênes et Stéphane Rouette me « garoche » les informations à propos du festival. C’est qu’ils en ont long à dire. Pas seulement sur l’édition 2022, mais aussi sur le long trajet qui les ont menés jusque-là. C’est ce trajet qui met en évidence la persévérance qui a été requise pour en arriver au résultat actuel. D’une pré-fête d’Halloween en 2008 « un peu poche », me confie Stéphane en souriant, pour en arriver à un festival aussi étoffé que celui qui vous est offert cette année, il en faut. De la créativité aussi. On est loin de la maison hantée standard. Les décors, les mécanismes et les énigmes se sont raffinés avec le temps et aussi avec l’implication citoyenne qui va en grandissant. C’est d’ailleurs ce qui leur est le plus nécessaire. Le financement, ils en ont, puisqu’ils peuvent compter sur la collaboration des Caisses Desjardins de Mékinac-Des Chenaux, de la TREM, de la MRC des Chenaux et d’une multitude de commerçants locaux, mais des bras, ils en prendraient plus. J’en profite pour vous encourager à vous impliquer dans ce fabuleux projet, ils ont besoin de soutien en montage et démontage des décors et des espaces extérieurs et pour monter des meubles IKEA de très grande taille. Pour s’inscrire, il suffit d’écrire à [email protected] ou d’appeler au 819-524-1313.

La programmation

Cette année, vous aurez 4 lieux à visiter.

À la bibliothèque, du 21 au 23 octobre, les bénévoles de la bibliothèque ainsi que les élèves de l’école champs et marées ont préparés des activités pour les plus petits sous le thème « Art du cirque ». Il y aura plusieurs jeux d’adresse, une diseuse de bonne aventure ainsi qu’une cabine photo.

Au vieux presbytère, le 21 et 22, il y aura la projection du documentaire « en coulisse » produit l’année passée. Le documentaire passera en continu. Du maïs soufflé et des breuvages seront en vente. Puis vous pourrez suivre le guide à la lanterne pour visiter le vieux presbytère.

À l’église le 21 et 22, après le coucher du soleil, une toute autre ambiance s’y installe. Un parcours se dessine  dans les recoins du lieu sacré afin que les visiteurs y découvrent une galerie de personnages inquiétants… À vous de le découvrir.

Finalement, il y a la bâtisse et le terrain des loisirs. Les 21 et 22 vous pourrez participer au parcours immersif qui s’installe maintenant sur les 2 étages. Vous y rencontrerez 9 acteurs et devrez résoudre plusieurs énigmes pour vous faufiler au travers du conflit qui oppose les automates, les rebelles et les citadins. Sur le terrain, attention de ne pas vous perdre dans le labyrinthe de l’APEVAH qui vous transportera à l’époque médiévale. Puis passez à la tente de maquillage avant d’aller visiter Bul la mascotte du festival et de vous laisser captiver par les saynètes réalisées par les élèves du Tremplin. Ces dernières sont le coup de cœur d’Anne-Renaud la directrice artistique. « On a fait 5 ateliers ensemble sur la mise en scène, création de scénario, etc. et ils ont mâché ça ! » Nous dit-elle avec des frissons.
Puis, si les coulisses vous intéressent, le 23 octobre, vous pourrez visiter le parcours avec lumières allumées et avec guide pour vous expliquer les rouages du parcours.

Un projet qui mobilise

Au total, c’est plus de 300 bénévoles venants des écoles, cercles de fermières, loisirs de Batiscan, Apheva et de toute la MRC qui s’y sont impliqués soit pour divers ateliers ; création de marionnette, maquillage, construction de scène ou directement dans la programmation du festival. Pas surprenant qu’ils aient reçu le prix espace Muni intelligence collective pour village de moins de 5000 habitants.

Quant aux bonbons, pas d’inquiétude, il y en aura partout. Les sacs seront faits par le foyer la Pérade et le contenu une gracieuseté de Brunet à Ste-Anne-de-la-Pérade.

Ne tardez pas pour réserver votre place aux diverses activités, car elles sont limitées : https://halloweenbatiscan.ca/

À LIRE DANS LA CATÉGORIE

Uncategorized, Communautaire, Culture, Sports et loisirs

L’artiste de chez nous, Zabel, a maintenant un nouveau phare qui brille dans le monde. C’est le Japon que ses œuvres ont séduit cette fois. C’est un contact rencontré à New York en 2017 q...

À LIRE AUSSI DANS
CE TERRITOIRE :